Pouvoir versus Vouloir

Il m’est souvent demandé ce qui explique que des vies d’apparences exemplaires, puissent être source de mal-être ?

En effet, peut être avez-vous déjà constaté que certaines personnes semblent inlassablement insatisfaites de ce qu’elles ont. Je repense à cette jeune femme de 34 ans, qui faisait le constat qu’elle était malheureuse dans sa vie professionnelle. Pourtant très correctement rémunérée et bénéficiant de nombreux avantages en tant que salariée de son entreprise elle me disait :

« Je suis comptable, parce que mes parents voulaient que je fasse des études qui me permettent d’avoir un bon métier. À l’époque cette filière était prometteuse… J’ai tout réussi : Examens, concours, entretiens d’embauches. J’ai toujours tout réussi. Objectivement je ne devrais pas me plaindre ! Au fond de moi je me dis que je n’ai pas tant de mérite que ça, car je sais que j’ai des facilités au niveau scolaire… Je reconnais que je devrais m’estimer heureuse d’être à ce poste ; Mes collègues sont sympas, l’ambiance est bonne, mon employeur est content de moi… Alors pourquoi je me sens si mal ? »

Je lui demande alors :

« Madame M, que voudriez-vous ressentir dans votre vie professionnelle ? »

Elle me répond spontanément :

« Me sentir utile… J’ai toujours rêvé d’être utile aux autres. Voir que ce que je fais compte vraiment dans la vie de quelqu’un. Mais dans mon métier actuel, je n’ai pas ce sentiment. »

Cette patiente a appris au cours des consultations, à faire la différence entre ce qu’elle pouvait faire et ce qu’elle voulait faire. Car être capable d’exécuter certaines tâches, même consciencieusement et avec facilité, n’est pas toujours gage de satisfaction. Cette patiente en illustre bien l’exemple !

Par contre, lorsque nous voulons profondément réaliser certaines choses, les actions que nous menons pour y parvenir, contiennent le germe indispensable à notre épanouissement : Le plaisir de réaliser des choses qui ont du sens pour nous. Pour cette patiente, être utile aux autres, constitue une motivation existentielle faisant sens, vis à vis des valeurs qui sont les siennes.

Bien entendu, il ne s’agit pas là de nous soustraire à nos devoirs fondamentaux !

Mais globalement, mettons-nous suffisamment nos compétences au service de nos réelles aspirations ? Ou bien passons-nous plus de temps à nous noyer dans des activités qui ne nous apportent pas la satisfaction dont nous avons tant besoin ?

Alors donnons-nous le droit de mettre plus souvent nos capacités au service de notre volonté, afin qu’elles puissent favoriser l’émergence et la concrétisation de nos véritables sources de bonheur, et d’épanouissement.

Puissent nos compétences servir nos plus belles volontés.

     

 


Le portable : ami ou ennemi du couple ?

Notre portable nous accompagne partout jour et nuit, 24h/24.
A l’heure actuelle, difficile de nous en passer. En effet, il nous maintient constamment en lien avec les autres et le monde extérieur.
Mais il est bien plus qu’un simple outil de communication, c’est un objet individuel par excellence car il contient notre jardin secret, notre intimité.

Quelle que soit la raison, le portable est devenu une source de tension voire un sérieux rival au sein du couple.

Je reçois régulièrement en séance des couples qui s’en plaignent :

« Mon copain ne le quitte jamais, même le week-end, il répond à ses mails professionnels »
« Il joue sans cesse sur son portable »
« Elle passe tout son temps à textoter avec ses copines »
« Lorsque je lui parle, il/elle a les yeux rivés sur son portable donc il/elle ne m’écoute pas vraiment, d’ailleurs il/elle ne retient jamais ce que je lui dis »
« Même à table, il est sur son portable »
« Lorsque l’on va se coucher, il/elle prend son portable au lit, c’est comme s’il y avait tout le temps quelqu’un entre nous ! »
« Nous formons un ménage à trois : lui, moi et son téléphone portable »

La communication est une des clés de la réussite du couple.
Pour que cette communication soit constructive et porteuse, il est primordial que le couple puisse partager de vrais moments ensemble sans être parasité par le téléphone portable.
Pour le bien-être du couple, le mieux est de doser l’utilisation du portable principalement lorsque l’on est en compagnie de sa moitié.

Cependant, il est important de souligner qu’il existe des cas où le téléphone portable peut être un stimulant dans la vie intime du couple pour s’envoyer des sextos, des messages coquins, pour entretenir la flamme…
Il peut aussi être un moyen de communication pour le couple qui doit s’échanger des informations rapides notamment par rapport à l’organisation du quotidien ou pour entretenir des liens lorsque par exemple, pour des raisons professionnelles, la distance sépare le couple.

Mais en aucun cas, il ne doit prendre la place d’une tierce personne dans le couple !
Il appartient donc au couple de trouver le juste équilibre afin qu’il ne devienne pas une addiction.

« Le mieux est l’ennemi du bien mais le pire est l’ami de l’excès. »  Pierre DAC


Vite, vite, vite !

De plus en plus vite.
Une des grandes évolutions de notre société est d’inventer, grâce à l’ingéniosité humaine, des moyens d’aller plus vite et encore plus vite. Nous ne pouvons pas rallonger le temps, alors, nous le compressons. En réduisant le temps que nous consacrons à chaque activité, nous libérons du temps !

Manger plus vite (trop vite), se déplacer plus vite, parfois trop vite, travailler plus vite (le temps c’est de l’argent), se contacter, être informé, acheter, se renseigner, être connecté plus vite et bien d’autres moments de notre vie où nous tentons de « gagner du temps ».

Mais le temps n’est pas à gagner. Il nous est donné. Dès notre naissance nous avons du temps, nous avons notre temps, tout notre temps. Alors, si effectivement notre évolution nous permet, grâce à de nouvelles technologies, d’effectuer nos tâches plus vite, et ainsi nous dégager de l’espace temporel, il est urgent de s’arrêter sur ce que nous en faisons.

Certes, il serait dommage de ne pas profiter de ces évolutions, nous permettant d’effectuer des activités, des tâches plus rapidement. Pour un résultat équivalent, bien sûr.

Mais attention ! Le résultat n’est pas le seul intérêt. L’attention, la concentration, les émotions et les gestes, du plus simple au plus compliqué, du plus fastidieux au plus jouissif, tout ce qui accompagne et remplit ce temps passé, fait notre existence. Alors méfions-nous de ne pas trop contracter le temps passé à nos activités, sous peine de perdre ce que chacune d’elle nous apporte de vie.

Et attention ! Attention à ne pas sombrer dans cette boulimie d’activités remplissant chaque instant libre de notre existence. Nous obligeant à une course pour, de nouveau, libérer du temps à remplir.
Nous nous créons ainsi, impatients, fatigués et énervés, car nous avons le sentiment de ne plus maîtriser ce qui nous appartient : notre temps.

Comme le disait cette vieille dame à la caisse d’un supermarché…
Tandis qu’elle cherchait, de sa faible vue, à trier les pièces jaunes de son porte-monnaie, elle s’est aperçue de l’impatience de certaines personnes dans la file d’attente derrière elle. Et, tout en regardant la caissière et accompagné d’un long soupir elle dit :
…  « Tant de gens ont une montre mais pas de temps »

Et enfin, Attention. Attention ! Restons attentifs à la personne la plus importante pour nous : « Nous-même »
Sachons libérer et profiter du temps pour nous même. Et ainsi, nous découvrir ou nous retrouver, ou simplement nous écouter pour nous comprendre et pouvoir nous occuper de nous. Nous n’en serons que mieux et, conscients de qui nous sommes et du temps que nous nous offrons, nous serons alors plus disponibles aux autres et à ce qui nous entoure.

Notre évolution est à notre service.
Sachons nous en servir pour évoluer.


Qu’est-ce que la joie ?

Entretien de Muriel Grosjean avec Célestine, 9 ans.

-Dis-moi Célestine, toi qui a créé ce joli caillou, que signifie cette phrase pour toi ?

Il y a de la joie dans notre cœur et il faut la développer.

 

-Que veux-tu dire par développer ?

Je veux dire qu’il faut aller la trouver et la sentir au fond de toi.

 

-Est-ce que tout le monde a de la joie au fond de soi ?

Ah oui, c’est certain. Et si il y a parfois des gens qui ne la ressentent pas, c’est parce qu’ils ne font attention qu’au négatif autour d’eux et pas au positif ! La joie est dans le positif.

 

-Et ça veut dire quoi le positif et le négatif ?

Le positif, ce sont les bonnes choses et le négatif, les moins bonnes choses qu’il existe autour de nous et en nous ou qui nous arrivent.

Le négatif entraîne souvent de la tristesse et de la colère dans notre cœur.

 

-A quoi sert la joie pour toi ?

La joie sert à nous faire ressentir une émotion forte qui s’appelle le bonheur.

Lorsque l’on ressent de la joie, l’on ressent du bonheur mais par contre, être heureux ne veut pas forcément dire que l’on est joyeux.

 

-Tu peux raconter un moment où tu as ressenti de la joie ?

Lorsque je réussis un challenge comme une course ou une audition de danse.

Lorsque les personnes qui comptent pour moi sont heureuses.

Moi, je ressens de la joie tout le temps, parfois plus que d’autre mais en tout cas, j’ai beaucoup de bonheur dans ma vie.

 

-Tu aurais des conseils à donner ?

Si vous êtes positif dans votre vie, vous trouverez de la joie.

On peut tous ressentir cette joie si on le décide et qu’on la cherche partout autour de nous.

mg-signature &   celestine-sig


Bonnes résolutions et volonté

A l’occasion de la nouvelle année nous retrouvons maintes traditions : culinaires (fêtes et grands repas), gestuelles (danses et embrassades), morales (vœux et bonnes intentions), et bien d’autres.

Parmi ces traditions, nous retrouvons régulièrement la tradition des bonnes résolutions.

Effectivement le passage à la nouvelle année, cette sensation que nous vivons une fin et un commencement en un instant, invite dans l’euphorie, à engager pour soi les changements que l’on sait nécessaires, mais difficiles.

En 2007, une étude menée à l’Université de Bristol et impliquant 3 000 personnes, a montré que 88% des résolutions de la nouvelle année échouaient.

Pourtant ces résolutions sont généralement pensées et sensées. Et qui d’autre que nous peut suffisamment nous connaître pour savoir ce qu’il serait bon d’améliorer dans notre vie.

Oui mais voilà ! L’intention et la raison ont fort à faire face aux tentations et aux habitudes.

Vouloir trop en faire et en peu de temps, ou se fixer des objectifs intenables, met à mal notre volonté, outil premier pour réaliser nos rêves.

Il est dommage de galvauder cette tradition qui pourrait nous motiver dans la réalisation de ce que nous désirons. D’autant que l’irréalisation peut créer en nous, consciemment ou inconsciemment, un sentiment d’échec, vécu comme une frustration.

Alors, commencer avec des résolutions faciles puis se glorifier de leurs réussites, permettra d’entrainer et de muscler notre volonté et de pouvoir ainsi se lancer de nouveaux défis.

Exprimer cette résolution en public, de préférence à un proche que nous côtoyons toute l’année, permettra d’avoir de l’aide et de parler des difficultés ou de la réussite de sa réalisation.

Se fixer des étapes intermédiaires sera utile pour constater l’évolution, envisager le chemin parcouru, les difficultés rencontrées et apprécier l’expérience acquise.

Nous avons tout le temps de devenir celle ou celui que nous voulons être.

«un pas à la fois suffit»

                 —Ghandi

Et surtout, avec ou sans bonne résolution, je vous souhaite de vivre une très belle année 2017.

lau-d_sig


Vous avez dit Burn-Out?

Le terme anglais burn-out signifie “brûler jusqu’à ce que toute substance disparaisse, se consume entièrement”.

Le burn-out est aussi appelé épuisement professionnel car il prend sa source dans le cadre professionnel.

A notre époque, il devient une préoccupation de plus en plus courante dans le monde du travail. Il est la conséquence d’un stress chronique qui évolue vers l’épuisement physique et émotionnel.

Les premiers symptômes sont un état de fatigue intense, un surmenage, un stress chronique, des insomnies, une irritabilité forte…..Un jour, l’épuisement est à son comble et la crise se manifeste tant au niveau émotionnel ( perte de confiance en soi, angoisses intenses, effondrement émotionnel, sentiment d’être agressé) ou dans le corps (blocage du dos, problème cardiaque…).

Le burn-out conduit alors au désinvestissement dans le travail, au manque d’efficacité et de concentration, à une mauvaise organisation, à l’isolement social, au désordre émotionnel, à la démotivation.

Malgré tout cela, il est très difficile pour la personne en burn-out de s’arrêter de travailler et de reconnaître sa problématique car en général, la honte et le déni prennent toute la place. Le rôle de l’entourage est donc primordial à ce stade pour que la personne prenne conscience de son état et décide de se faire aider, de se soigner grâce à un soutien thérapeutique et médical.

Le cadre thérapeutique permet de se recentrer, de prendre du recul, de chercher des solutions, de faire des nouveaux projets…

Ce qui est également important, c’est de bien distinguer le burn-out de la dépression.

Le burn-out peut entraîner une dépression mais le burn-out n’est pas une dépression.

En effet, la dépression peut toucher toutes les trates de la vie tandis que le burn-out est en lien avec le milieu du travail.

Le burn-out est un des fléaux de notre époque car nous ne prenons plus le temps de rien, nous vivons à mille à l’heure. Il est donc nécessaire d’en prendre conscience et de rester vigilant.

Chacun de nous doit apprendre à vivre autrement afin de respecter son équilibre intérieur et une qualité de vie.

Il existe des professionnels qualifiés dans le prévention du burn-out, n’attendez pas qu’il soit trop tard!

 

Carpe Diem à tous

mg-signature


Découvrons les talents de nos proches

Parfois, au détour d’un simple moment de partage avec une personne que l’on aime, nous avons le plaisir de découvrir des talents jusque là ignorés. Voici l’un de ceux que j’ai découvert il y a peu, de ma fameuse voisine Yvette: sa passion pour les mots . À ma demande, elle a très gentillement accepté de partager son inspiration du moment, pour les lecteurs et lectrices de Être bien au quotidien.

Merci Yvette pour ce joli texte!

     Sandra-sig


Ha mais vraiment!
Vous m’en direz tant !
Septembre, il est temps,
Cartables au dos, nez au vent.
La plupart du temps,
Les élèves prennent leur temps.
Cheminant, perdant tant de temps, Que la sonnerie retentissant,
Il faut en deux temps
Trois mouvements,
Ouvrir l’emploi du temps!
Ha aujourd’hui : Concordance des temps….
Pendant ce laps de temps,
Les adultes s’emportant,
S’affairent à gagner du temps.
Et en un rien de temps,
En rugissant,
Claquent portes et auvents
Et rattrapent le temps ,
Perdu en courant.
Et ils font tant et tant
Qu’ils arrivent à temps
Pour gagner chaque jour,
De quoi prendre du bon temps,
Quand viendra le printemps !

Bonne rentrée!

Yvette



Rituels festifs de fin d’année scolaire

Et oui, le mois de juin a été pour beaucoup de parents le mois des spectacles et kermesses de nos chères têtes blondes. Comme beaucoup, je n’ai pas échappé à la règle : spectacle de l’école, spectacle du Hip hop, remise des ceintures du judo…

Mais depuis deux ans, se rajoute pour moi un autre challenge: celui de la fête du club équestre dans lequel je monte depuis 3 ans. 

Il faut dire que dès la première année le ton était donné : la fête du club se fait toujours sur la base d’une thématique qui, bien entendu, demande à chacun des participants de se déguiser! Sauf que moi, me déguiser, je n’ai jamais aimé ça: que ce soit le carnaval, les anniversaires ou les soirées à thème, j’ai toujours TOUT esquivé!

Il y a deux ans, j’ai donc naturellement choisi de ne pas y aller. Mais je me suis rapidement sentie frustrée par mon choix. L’ambiance est super agréable dans ce club tout au long de l’année… Et après coup, j’avais vraiment le sentiment de regretter, d’être passée à côté d’un bon moment à vivre! Fermement décidée à ne plus me priver de la sorte, l’année dernière j’ai donc accepté de “jouer le jeu”. Pas de chance, le thème était Disney ! Si j’ai eu plaisir à confectionner mon costume avec ma charmante voisine, j’ai tout de même eu des difficultés à me sentir à mon aise dans mon costume de Minnie ! Ben oui, voilà ce qui arrive quand on fait les choses sans se poser toutes les bonnes questions!

Alors cette année, j’ai pris le temps de laisser le thème m’inspirer tant créativement que dans le choix du personnage. Le thème de cette année: gaulois, grecs, romains et égyptiens. 4 jours avant le jour j, mon prof d’équitation me demande: 

  • “Alors, qu’as-tu choisi” ? 
  • “Rien, j’ai pas encore réfléchi…”

M’est alors revenu ce sentiment infâme de malaise dans mon costume de l’année précédente. Pas question que je revive ça, et pas question que je me prive non plus d’une belle fête !

J’ai donc “googlelisé” les images de la thématique, et là, je me suis véritablement sentie interpelée  par les tenue égyptiennes.

Bien décidée à y mettre le meilleur de moi et à prendre du plaisir à chaque minute, me voilà partie chercher les matériaux qui me semblaient en accord avec mon idée et…après quelques heures de découpage et de collage maison, avec mes deux fils qui sont venus me prêter main forte, je suis venue à bout de mon projet de confection, avec beaucoup de plaisir et de satisfaction.

160713-egyptian1

Vous vous demandez sûrement ce que ça donne une thérapeute de couple sexologue en costume d’égyptien? Et bien voilà!

160713-egyptian2

Pas mal non pour un tout fait main?!

Alors si comme moi vous avez envie de faire de ces rituels festifs de fin d’année un vrai moment de plaisir et de détente: utilisez votre créativité ! Car mine de rien, la réalisation de ce costume m’a fait: échanger mes idées avec une très gentille vendeuse dans un magasin de tissu, incité à développer ma créativité et mon sens esthétique, rafraîchir mes connaissances sur l’Égypte, passer trois soirées sans télévision en compagnie de mon mari et de mes enfants qui m’aidaient dans les collages et essayages, (très bonne occasion au passage, de révisions des notions de rayon et de diamètre pour couper les cercles ) … et j’ai enfin pu porter ce costume en dépassant ma peur du ridicule! J’ai donc pu profiter de la fête de mon club équestre avec beaucoup de joie, le jour j, mais aussi les trois jours qui ont précédé. Ça aurait vraiment été dommage de me priver de tant de plaisirs à la fois! À votre tour, sachez saisir les occasions de vivre de bon moments.

 Laissez le plaisir guider vos choix!

SSA-signature-crop


Il suffit d’une chanson!

Pas le moral?
Pas envie de raconter vos malheurs?
Juste envie pour un instant, de vous sortir de votre torpeur?
Alors pourquoi pas une p’tite chanson?!

Trouvez sans attendre ce morceau de musique, qui a le don de vous reconnecter avec des pensées positives! Passez-le en boucle si nécessaire, jusqu’à ce que la “magie” opère, et que votre bonne humeur réapparaisse!

Pour ma part j’ai une playlist de circonstance:

Michael Jackson : ” Man in the mirror ” est sans conteste ma préférée.

Corneille avec “Parce qu’on vient de loin” Pour vivre chaque jour comme le dernier.

Taylor Swift : “Shake it off” pour lâcher prise et retrouver un bol de légèreté.

Faites nous parvenir votre sélection de trois titres: Les 10 premières propositions que nous recevrons serons publiées sur notre page Facebook !

Quand la musique est bonne…

SSA-signature-crop