Le couple en crise

Le mois de janvier est pour certains couples, la date limite qu’ils se sont fixés, pour décider de leur avenir conjugal : continuer ensemble ou se séparer. Il faut dire que, lorsqu’une relation a vraiment compté, il n’est jamais facile, même avec de bons arguments, de décider de tourner la page d’une partie de notre existence.

Il existe pourtant 4 questions fondamentales à se poser, susceptibles de nous aider lorsque nous sommes en plein doute, sur notre avenir conjugal :

Question n°1– Ai-je vraiment mis en place des actions concrètes pour améliorer la situation de mon couple ? Prendre le temps, de noter pour soi-même, ce que nous avons mis en œuvre pour sortir notre couple du naufrage, est important. Quels que soient les griefs de départ, ce n’est pas en attendant que l’autre fasse le premier pas, que l’on met le maximum de chances de son côté de s’en sortir. Car, contrairement à ce que l’on croit, quel que soit le passif du couple, pour le sauver, il faut être deux ; chacun devant faire sa part. Alors, commencez, si ce n’est déjà fait, par faire la vôtre !

Question n°2– Ai-je dit explicitement à mon/ma conjoint(e) que je mettais des choses en œuvre, pour améliorer la situation conjugale ? En effet, il n’est pas rare qu’en contexte de crise conjugale, notre regard sur les actions et réactions de l’autre, soient mal interprétées. À ce titre, l’un de mes patients s’est vu reproché son attitude distante envers sa conjointe, alors que celui-ci, pensait se donner les moyens de lui donner « l’espace pour respirer » dont elle disait avoir besoin. Parfois l’enfer étant pavé de bonnes intentions… mieux vaut se donner la peine, de formuler explicitement les nôtres, pour qu’elles ne passent pas inaperçues, pour la personne à laquelle nous les avons destinées.

Question n° 3-Est-ce que, ce que j’attends venant de mon/ma conjoint(e), c’est de voir des changements au niveau de sa personnalité ? On ne le dira jamais assez : ON NE CHANGE PERSONNE ! Chacun de nous est comme il est, avec ses qualités et ses défauts. Demander ou attendre que l’autre change, c’est lui demander de changer ce qu’il/elle est par nature. Au mieux, plein de bonnes intentions l’autre va « essayer », en faisant des efforts qui, bien entendu ne dureront pas dans le temps. Il ne faut pas confondre deux choses :

  • Faire, ou chercher ensemble des compromis, où chacun se retrouve gagnant

et

  • Demander à l’autre de gommer une partie de sa nature, parce qu’elle nous dérange

Avant de formuler une attente, il faut faire le tri, entre nos demandes de changements et nos demandes de compromis. Car eux seuls, peuvent être constructifs, puisqu’ils seront respectueux de la nature et du bien-être de chacun des deux.

Question n°4-Quels engagements avez-vous pris et respectés ? Dans un couple, on peut se dire plein de belles choses, se faire plein de belles promesses ; mais elles finissent dans la case des vœux pieux, si elles ne sont pas accompagnées de réels engagements. Un engagement, c’est un acte par lequel on va se donner les moyens, d’accomplir quelque chose. Il est important de prendre le temps, pour faire le point sur nos réels engagements. Lesquels avons-nous pris, nous sommes-nous donnés les moyens de les tenir ? …

Car, ce sont nos engagements qui constituent les fondations sur lesquelles repose tout l’édifice conjugal.

Alors prenez le temps de répondre consciencieusement à ces 4 questions, avec la plus grande sincérité. Les réponses que vous y apporterez, pourraient vous permettre d’envisager cette étape de votre couple, sous un angle différent.

Avec sincérité,


Le portable : ami ou ennemi du couple ?

Notre portable nous accompagne partout jour et nuit, 24h/24.
A l’heure actuelle, difficile de nous en passer. En effet, il nous maintient constamment en lien avec les autres et le monde extérieur.
Mais il est bien plus qu’un simple outil de communication, c’est un objet individuel par excellence car il contient notre jardin secret, notre intimité.

Quelle que soit la raison, le portable est devenu une source de tension voire un sérieux rival au sein du couple.

Je reçois régulièrement en séance des couples qui s’en plaignent :

« Mon copain ne le quitte jamais, même le week-end, il répond à ses mails professionnels »
« Il joue sans cesse sur son portable »
« Elle passe tout son temps à textoter avec ses copines »
« Lorsque je lui parle, il/elle a les yeux rivés sur son portable donc il/elle ne m’écoute pas vraiment, d’ailleurs il/elle ne retient jamais ce que je lui dis »
« Même à table, il est sur son portable »
« Lorsque l’on va se coucher, il/elle prend son portable au lit, c’est comme s’il y avait tout le temps quelqu’un entre nous ! »
« Nous formons un ménage à trois : lui, moi et son téléphone portable »

La communication est une des clés de la réussite du couple.
Pour que cette communication soit constructive et porteuse, il est primordial que le couple puisse partager de vrais moments ensemble sans être parasité par le téléphone portable.
Pour le bien-être du couple, le mieux est de doser l’utilisation du portable principalement lorsque l’on est en compagnie de sa moitié.

Cependant, il est important de souligner qu’il existe des cas où le téléphone portable peut être un stimulant dans la vie intime du couple pour s’envoyer des sextos, des messages coquins, pour entretenir la flamme…
Il peut aussi être un moyen de communication pour le couple qui doit s’échanger des informations rapides notamment par rapport à l’organisation du quotidien ou pour entretenir des liens lorsque par exemple, pour des raisons professionnelles, la distance sépare le couple.

Mais en aucun cas, il ne doit prendre la place d’une tierce personne dans le couple !
Il appartient donc au couple de trouver le juste équilibre afin qu’il ne devienne pas une addiction.

« Le mieux est l’ennemi du bien mais le pire est l’ami de l’excès. »  Pierre DAC


Mars et Venus

« Les hommes viennent de Mars et les femmes de Venus » mais inlassablement ils s’attirent comme des aimants alors que leurs attentes sont si différentes !!

Les femmes aiment une certaine forme de virilité subtile voire charismatique, les hommes aiment avant tout la sensualité féminine.

Les femmes aiment que les hommes prennent des initiatives, qu’ils aient une capacité à diriger le mouvement, les hommes aiment les femmes indépendantes qui respectent une certaine forme de liberté individuelle.

Les femmes aiment les hommes qui les font rire avec lesquels elles se sentent complices, les hommes aiment leur douceur réconfortante.

Les femmes aiment les hommes qui les sortent de la routine du quotidien, les hommes raffolent de la créativité féminine.

Les femmes ont besoin d’être écoutées, les hommes dorlotés.

Les femmes accordent plus d’importance au charme qu’au physique, les hommes c’est plutôt l’inverse.

Alors même si nous venons chacun d’une planète différente, nous pouvons facilement nous rencontrer car finalement, nous sommes beaucoup plus complémentaires que nous ne le pensons !!

Amoureusement vôtre,


L’amour, toujours l’amour…

Deux amis discutent à l’arrêt de bus :

–  T’as acheté un cadeau ?

– Un cadeau !… Pour qui ?

– Ben, pour ta moitié.

– Arrête ! Et pourquoi d’abord?

– Pour la St. Valentin, bien sûr.

– Oh là là ! Pas pour moi ce genre de truc. La déclaration d’amour sur commande, ça m’énerve. En plus, c’est uniquement commercial.

– D’abord ce n’est pas uniquement commercial, ça existe depuis vachement longtemps.

– Ah oui ?

– Oui. Je ne sais pas… Depuis 600 ou 700 ans… Et puis ce n’est pas une question de déclaration sur commande. Tu ne fêtes pas les anniversaires, Noël et le jour de l’an ?

– Si… Mais ce n’est pas pareil, l’amour c’est…. spontané.

– Et alors ! L’un n’empêche pas l’autre. Tu te rends compte que c’est fêté dans plein d’endroits dans le monde ! Moi je trouve que c’est plutôt cool. Avec tout ce que l’on voit, que l’on vit et qu’on entend, c’est top de savoir qu’il y a plein de gens qui pensent et fêtent l’amour en même temps. Non, pas toi ?

Parce que, si on réfléchit bien, qu’est-ce qu’il y a de plus important que l’amour dans notre vie ? Hein ?

– Mouais…

– Mouais ? Non mais tu rigoles, c’est juste sûr que oui ! Même si tu aimes tous les jours, ça n’empêche pas de le dire fort tous ensemble.

Moi je dis que ça serait marrant qu’on monte tous sur les toits en même temps, et qu’à la même heure, on se mette à crier : « JE T’AIME » !!!

– Oh, arrête ! Crie pas comme ça… T’es malade ?!

– Oui peut être, malade d’amour. Mais je suis rassuré(e). Je sais que je ne suis pas seul(e).

– Ben justement ! Et ceux qui sont seuls. Tu y penses toi, à ceux qui sont seuls ?

– Ouais… c’est vrai. Mais ce n’est pas parce qu’on fête pas l’amour, qu’ils ne seront plus seuls. Et puis peut-être qu’ils l’ont déjà vécu ou connu. Et qu’ils savent pourquoi on crie. Qu’ils se souviennent. Et peut-être que ça leur donnera de l’espoir ; Et on peut aussi se réjouir de savoir qu’il y a des gens heureux, non ?

Moi je crois que l’amour c’est un sentiment qui surprend, qui peut venir, disparaitre, changer, se transformer ; On ne le vit pas tous forcement pareil mais, même si des fois ça peut faire mal, vaut mieux quand même au moins l’avoir croisé.

Finalement, que tu sois avec quelqu’un ou seul, l’amour demande les mêmes choses : Patience, attention, espoir….

–  Ouais. Tu as peut-être raison… Bon en attendant voilà le bus. Et s’il te plaît tu ne cries pas dans le bus ; Ce n’est pas parce que tu cries que je vais t’offrir un cadeau !

         ??? 170210-lau-d2170210-lau-d

Mais non, je rigole. On va la fêter cette St. Valentin ! Comme ça, je pourrais crier autant que toi que :

« JE T’AIME ! »

 

lau-d_sig

 


Question de fréquence sexuelle.

La question de la fréquence des rapports sexuels au sein d’un couple, m’est très souvent posée. Cette semaine, une nouvelle patiente inquiète de son incapacité à répondre favorablement aux demandes récurrentes de son mari, s’interroge de la manière suivante:

  • -« J’ai fait quelques recherches sur internet et, il s’avère que la fréquence moyenne des français est de 2,6 rapports par semaine! Alors je suis vraiment inquiète car, dans mon couple, c’est plutôt un à deux rapports mensuels!  »
    Je lui répond avec complicité:
    -« J’entends bien votre inquiétude. Mais dites moi, si nous prenons en compte les chiffres auxquels vous faites référence, vous devriez avoir 2 rapports sexuels par semaine, plus un autre d’une valeur de 0,6 c’est bien çà? Mais, que mettez-vous dans les 0,6. De quel type de rapport s’agit-il?  »
    Elle éclate de rire, et moi aussi!
    Je lui fais alors très vite remarquer, que les statistiques prennent en compte à la fois les personnes qui ont plusieurs rapports par jour,et celles qui n’en n’ont qu’un ou deux par mois… Voire pas du tout! Donc ces chiffres ne sont pas à considérer de manière aussi brute.
    Si comme cette patiente, vous vous inquiétez de la fréquence de votre sexualité conjugale, voici quelques questions de réflexion susceptibles de vous aider à considérer les choses sous un angle différent:
  • Pourquoi devrais-je avoir plus souvent envie de faire l’amour avec mon(ma) conjoint(e)?
  • Est-ce que la manière dont mon(ma) conjoint(e) vient vers moi, pour avoir un moment d’intimité sexuelle, me plait?
  • Entre un bon Resto et un rapport sexuel avec mon(ma) conjoint(e), qu’est-ce que je choisis? Pour quelles raisons?

Prenez le temps de réfléchir à vos réelles motivations. Peut être vous apercevrez-vous, que le problème de la fréquence de votre sexualité, n’est en fait qu’une conséquence. Car, si la sexualité ne représente pour vous, qu’un moyen de vous sentir normal(e), de réguler les humeurs de votre partenaire, ou un temps que vous perdez à ne pas pouvoir vaquer à vos autres obligations sociales et organisationnelles, peut être n’avez tout simplement pas encore découvert ce que la sexualité devrait vous apporter: du plaisir à l’état pur… Que vous pouvez partager avec le ou la partenaire complice de votre choix!

À bientôt .

SSA-signature-crop


Pourquoi Consulter un Sexologue?

On se retrouve parfois dans des situations où notre intimité nous questionne. Que ce soit suite à une discussion avec notre conjoint, avec des ami(e)s, en écoutant une émission de télévision traitant des problématiques sexuelles des hommes et des femmes: « ma sexualité est-elle normale? »
Parler de sexualité n’est pas toujours chose aisée, car cela nécessite de dépasser le caractère parfois tabou du sujet. Mais rester cloitré dans le silence face à des interrogations, somme toutes légitimes, peut devenir un réel risque de faire de votre vie sexuelle, une problématique source de souffrance et de conflits. C’est pourquoi, consulter un spécialiste de la sexualité, alors que nous ne nous sentons pas malades, mais juste confus(e) ou bloqué(e) psychologiquement sur certains points de notre intimité, peut s’avérer très utile. En effet, le sexologue clinicien est un professionnel qui vous permettra de:

  • Trouver des réponses aux questions qui concernent votre vie sexuelle personnelle et/ou conjugale.
  • Faire le point sur vos besoins en matières d’épanouissement sexuel.
  • D’identifier et résoudre d’éventuels troubles sexuels responsables de votre manque d’épanouissement.
  • Comprendre comment fonctionne votre libido.
  • Trouver des solutions à vos baisses de désir.
  • Découvrir les mécanismes qui mettent à mal votre intérêt pour l’activité sexuelle …

Alors, si vous ressentez le besoin de faire valablement le point sur votre sexualité n’hésitez pas, consultez un sexologue. Vous pourrez ainsi vous exprimer sur votre intimité dans un cadre privilégié, confidentiel, où vous ne vous sentirez pas jugé(e).

à bientôt ,

SSA-signature-crop

 


Ces disputes qui font mal.

Dans la vie de couple, il arrive parfois après une dispute, que nous ayons des difficultés à nous rappeler le motif déclencheur. Néanmoins, au delà du fond, ces disputes peuvent marquer notre esprit à cause de leur forme; Qu’il s’agisse des propos employés, les regards méprisants, les insultes, les postures dédaigneuses, les éclats de voix … Leur impact sur l’affect des individus peut devenir un facteur de détérioration de la relation conjugale. Il convient de le prendre au sérieux et ce, pour deux principales raisons:

La première, réside dans le sentiment que l’autre s’autorise avec vous ce qu’il (elle) n’oserait pas avec d’autres personnes. Mes patients illustrent souvent ce phénomène par :

  • « Il n’y a qu’avec moi qu’il s’autorise à avoir ce genre d’attitude. »
  • « Qui d’autre elle ose traiter de connard? »
  • « Même quand il(elle) se dispute avec ses amis il(elle) n’adopte jamais une attitude aussi méprisante. »
  • « Dans ces moments là, ce n’est plus du tout la même personne… »
    Vous avez le sentiment d’être devenu un paquet sans valeur, sur lequel l’autre n’hésite pas à se défouler.

La deuxième, se trouve dans les dégâts produits lors de conflits où la forme l’emporte sur le fond. En effet, la souffrance ressentie alors, peut amener le couple à adopter des comportements de « préservation émotionnelle » ; C’est à dire, de diminuer l’intensité des marques quotidiennes de douceur dans la communication conjugale, afin de réduire l’écart émotionnel entre période de conflit et période de paix. Les démonstrations affectives perdent en fréquence; De mêmes les regards amoureux, les paroles tendres et les gestes attentionnés.En somme, tout est bon pour se préparer inconsciemment à la dégradation potentielle de la relation.

La répétition de certains conflits, dont la forme vient heurter le respect de votre intégrité émotionnelle et affective, peut générer des failles dans l’harmonie du lien conjugal. Cesser de réserver le pire de nous pour l’être que l’on dit aimer, peut s’avérer être un moyen concret de préserver l’équilibre du couple, au-delà de nos différends .

Prenez soin de vous.

SSA-signature-crop


L’autre est mon reflet

Savez vous pourquoi votre conjoint(e) ne s’occupe pas de vous comme vous le souhaitez? Quand je pose cette question à mes patients, la réponse la plus fréquente est « parce que l’autre n’est pas assez ceci ou cela… Parce que dans son enfance il (elle) a manqué de ceci ou de cela »….en somme pour un ensemble de raisons totalement indépendantes d’eux mêmes. Résultat, aucune voie d’amélioration ne semble envisageable, à moins d’en passer par un conflit visant à confronter l’autre à ses manquements.
Heureusement il existe d’autres voies possibles pour faire face à votre insatisfaction. L’une d’elle consiste à vous poser la question suivante : mon conjoint(e) me traite t’il comme moi je me traite? Donc avec la même bienveillance mais également avec les mêmes manquements! Réfléchissez quelques instants à votre façon de prendre soin de vous même: Faites un bilan et regardez la place que vous accordez réellement à la satisfaction de vos propres besoins. Quels sont les moyens concrets que vous mettez en place pour les satisfaire? Remettez-vous régulièrement ce qui est pour vous à plus tard? Vous laissez-vous parasiter par les imprévus ou obligations du quotidien? … Si tel est votre cas , je vous invite à faire l’expérience de prendre soin de vous et de vos besoins, VOUS MÊME !

  • Premièrement, en identifiant le domaine dans lequel vous devez vous apporter plus de soin. Pour ce faire,formulez en une phrase simple l’un des manquements de votre conjoint(e) à votre égard . Par exemple: il ou elle n’est pas attentionné(e) avec moi.
  • Deuxièmement, posez vous la question suivante: Est ce que je m’accorde l’attention que je voudrais que l’autre me donne? En somme, est-ce que je me traite de la manière, dont je voudrais que l’autre me traite? Soyez sincère avec vous même; ou demandez à un(e) ami(e)de vous y aider en lui posant la question à votre sujet . Vous constaterez que bien souvent la réponse est non, ou pas assez, ou encore, que vous estimez que ce n’est pas à vous de le faire mais à l’autre…

Bien des gens cherchent à modifier le comportement des autres à leur égard en voulant agir sur l’autre. Mais c’est une perte de temps. Commencez par être pleinement bienveillant avec vous même : prenez le temps nécessaire pour prendre soin de vous et de vos besoins. Faites-le avec toute la joie, la gentillesse et la générosité, que vous voudriez ressentir et recevoir de la part de l’autre. Faites-le avec cœur et non avec ressentiment… Encore moins dans l’idée de prendre votre revanche sur l’autre!
Si vous voulez qu’il y ait du changement positif dans vos relations interpersonnelles, vos relations conjugales, commencez à poser des actions concrètes avec vous même, et pour vous même! Vous verrez, certaines améliorations viendront bien plus vite que vous ne le croyez ! Notamment parce que l’autre vous percevra avec la véritable valeur que vous vous accordez.

Miroir, mon beau miroir…

SSA-signature-crop