La réalité virtuelle au service de la santé

Saviez-vous que la réalité virtuelle s’est imposée avec succès dans de nombreux domaines de la santé, notamment dans le traitement des phobies?

En effet, les protocoles d’immersions dans des environnements virtuels adaptés et sécurisés, permettent aux patients d’être accompagnés lors de la phase incontournable de confrontation progressive à l’objet de leur peur. Grace à ce système breveté, vous pouvez désormais retrouver de l’autonomie dans votre vie quotidienne.

Depuis cet été, les patients du Cabinet Saint-Aimé bénéficient d’ores et déjà de cette approche thérapeutique avec grand succès.

De nombreuses phobies y sont traitées telles que:

  • La peur de l’avion (aviophobie)
  • La peur des hauteurs (acrophobie)
  • La peur des lieux publics (agoraphobie)
  • La peur des araignées (aragnophobie)
  • La peur des espace confinés ou clos (claustrophobie)
  • La peur le parler en public (glossophobie)
  • La peur de la foule (ochlophobie)
  • La peur de conduire (amaxophobie)

Ne laissez plus vos phobies diriger votre vie quotidienne.

Venez découvrir sans attendre ce procédé thérapeutique révolutionnaire et performant!

       Sandra-sig



“Choc pré-traumatique”: restons attentifs

C’est l’été, il fait beau, et pourtant il est facile de constater qu’autour de nous, flotte une ambiance tristement particulière : la pression liée aux événements qui ont déclenché le plan d’état d’urgence dans notre pays. Certains en parlent ouvertement, exprimant leur révolte, colère, sentiment d’injustice, tristesse… D’autres, muselés dans un silence apparent, n’échappent pas pour autant aux effets pervers du climat de tension et de suspicion actuel. Les émotions sont là, confrontant tout un chacun à la difficulté de trouver un moyen de canaliser ce qui est douloureux. Comment faire pour continuer à vivre, à garder espoir, en attendant l’arrivée de jours meilleurs ?

Dans cette configuration, nous pouvons observer une recrudescence de certains symptômes nommés communément “état d’anxiété” ou de “stress”. Ils peuvent prendre la forme de malaises vagaux, de fatigue permanente, irritabilité… D’autres constatent que leur sommeil est perturbé, que leur moral est de plus en plus fluctuant, qu’un rien les stresse. On se sent à fleur de peau en famille, au travail, dans les embouteillages … Face à l’horreur des événements actuels, on trouve facilement des arguments pour minimiser le message que peuvent envoyer ces symptômes, en se disant que ça passera. Mais les jours et les semaines suivants, ces symptômes persistent. Et dans certains cas il s’agit bien plus qu’une période de perturbation, mais bien d’un état de “stress” ou de “choc pré-traumatique”. Plus souvent habitués à entendre parler des “états de chocs post-traumatiques” ( suite à un incident vécu ), la conscience de notre état peut nous faire défaut. Il faut savoir que, l’accumulation des émotions, qui découlent de situations de menaces réelles ( “stress pré-traumatique”), amplifiée par des événements du même type, mais vécus de manière indirecte, peut déclencher ce que l’on pourrait appeler un “choc pré-traumatique”. Dans ce cas de figure, la situation redoutée n’arrive pas à la personne elle même, mais se retrouve vécue “par procuration”.  

Je recevais en consultation en début de semaine, une jeune maman qui s’était privée depuis quelques temps de sortir avec ses enfants dans les jardins publics. Elle m’expliquait combien elle se sentait bouleversée émotionnellement depuis qu’elle avait pris connaissance des événements du “14 juillet de Nice”.

“Vous vous rendez compte, me dit-elle fondant en larmes, moi aussi, quelques heures auparavant, j’ai amené mes enfants faire du manège! Ça aurait pu être nous, sous ce camion!”… 

Les images vues à la télévision tournent en boucle dans sa tête, l’empêchent de dormir, de sortir de chez elle, de se promener, et aussi de conduire sa voiture. Comme elle, des personnes développent à leur insu, les prémices des symptômes du même type. Cumulées au “stress pré-traumatique”, certaines images délivrées par les médias peuvent venir alimenter insidieusement un mal être déjà présent, et nous faire basculer au stade suivant qui est celui de l’état de choc. Les symptômes déjà présents s’enracinent voire même s’amplifient, développant chez certains individus des états d’anxiété chronique, ou encore des phobies telles que la peur des grands espaces(agoraphobie), de la foule (olchophobie),la peur de conduire ( amaxophobie), la peur de tomber malade (hypocondrie)… 

Prenons donc le temps, de porter attention aux “petits” maux exprimés par nos proches, car ils peuvent venir masquer comme pour cette patiente, un niveau de détresse, qui nécessite de consulter un thérapeute spécialisé dans la gestion des situations “pré et post-traumatiques”.

Prenons soin les uns des autres.

            Sandra-sig


Rituels festifs de fin d’année scolaire

Et oui, le mois de juin a été pour beaucoup de parents le mois des spectacles et kermesses de nos chères têtes blondes. Comme beaucoup, je n’ai pas échappé à la règle : spectacle de l’école, spectacle du Hip hop, remise des ceintures du judo…

Mais depuis deux ans, se rajoute pour moi un autre challenge: celui de la fête du club équestre dans lequel je monte depuis 3 ans. 

Il faut dire que dès la première année le ton était donné : la fête du club se fait toujours sur la base d’une thématique qui, bien entendu, demande à chacun des participants de se déguiser! Sauf que moi, me déguiser, je n’ai jamais aimé ça: que ce soit le carnaval, les anniversaires ou les soirées à thème, j’ai toujours TOUT esquivé!

Il y a deux ans, j’ai donc naturellement choisi de ne pas y aller. Mais je me suis rapidement sentie frustrée par mon choix. L’ambiance est super agréable dans ce club tout au long de l’année… Et après coup, j’avais vraiment le sentiment de regretter, d’être passée à côté d’un bon moment à vivre! Fermement décidée à ne plus me priver de la sorte, l’année dernière j’ai donc accepté de “jouer le jeu”. Pas de chance, le thème était Disney ! Si j’ai eu plaisir à confectionner mon costume avec ma charmante voisine, j’ai tout de même eu des difficultés à me sentir à mon aise dans mon costume de Minnie ! Ben oui, voilà ce qui arrive quand on fait les choses sans se poser toutes les bonnes questions!

Alors cette année, j’ai pris le temps de laisser le thème m’inspirer tant créativement que dans le choix du personnage. Le thème de cette année: gaulois, grecs, romains et égyptiens. 4 jours avant le jour j, mon prof d’équitation me demande: 

  • “Alors, qu’as-tu choisi” ? 
  • “Rien, j’ai pas encore réfléchi…”

M’est alors revenu ce sentiment infâme de malaise dans mon costume de l’année précédente. Pas question que je revive ça, et pas question que je me prive non plus d’une belle fête !

J’ai donc “googlelisé” les images de la thématique, et là, je me suis véritablement sentie interpelée  par les tenue égyptiennes.

Bien décidée à y mettre le meilleur de moi et à prendre du plaisir à chaque minute, me voilà partie chercher les matériaux qui me semblaient en accord avec mon idée et…après quelques heures de découpage et de collage maison, avec mes deux fils qui sont venus me prêter main forte, je suis venue à bout de mon projet de confection, avec beaucoup de plaisir et de satisfaction.

160713-egyptian1

Vous vous demandez sûrement ce que ça donne une thérapeute de couple sexologue en costume d’égyptien? Et bien voilà!

160713-egyptian2

Pas mal non pour un tout fait main?!

Alors si comme moi vous avez envie de faire de ces rituels festifs de fin d’année un vrai moment de plaisir et de détente: utilisez votre créativité ! Car mine de rien, la réalisation de ce costume m’a fait: échanger mes idées avec une très gentille vendeuse dans un magasin de tissu, incité à développer ma créativité et mon sens esthétique, rafraîchir mes connaissances sur l’Égypte, passer trois soirées sans télévision en compagnie de mon mari et de mes enfants qui m’aidaient dans les collages et essayages, (très bonne occasion au passage, de révisions des notions de rayon et de diamètre pour couper les cercles ) … et j’ai enfin pu porter ce costume en dépassant ma peur du ridicule! J’ai donc pu profiter de la fête de mon club équestre avec beaucoup de joie, le jour j, mais aussi les trois jours qui ont précédé. Ça aurait vraiment été dommage de me priver de tant de plaisirs à la fois! À votre tour, sachez saisir les occasions de vivre de bon moments.

 Laissez le plaisir guider vos choix!

SSA-signature-crop


Il suffit d’une chanson!

Pas le moral?
Pas envie de raconter vos malheurs?
Juste envie pour un instant, de vous sortir de votre torpeur?
Alors pourquoi pas une p’tite chanson?!

Trouvez sans attendre ce morceau de musique, qui a le don de vous reconnecter avec des pensées positives! Passez-le en boucle si nécessaire, jusqu’à ce que la “magie” opère, et que votre bonne humeur réapparaisse!

Pour ma part j’ai une playlist de circonstance:

Michael Jackson : ” Man in the mirror ” est sans conteste ma préférée.

Corneille avec “Parce qu’on vient de loin” Pour vivre chaque jour comme le dernier.

Taylor Swift : “Shake it off” pour lâcher prise et retrouver un bol de légèreté.

Faites nous parvenir votre sélection de trois titres: Les 10 premières propositions que nous recevrons serons publiées sur notre page Facebook !

Quand la musique est bonne…

SSA-signature-crop


L’autre est mon reflet

Savez vous pourquoi votre conjoint(e) ne s’occupe pas de vous comme vous le souhaitez? Quand je pose cette question à mes patients, la réponse la plus fréquente est “parce que l’autre n’est pas assez ceci ou cela… Parce que dans son enfance il (elle) a manqué de ceci ou de cela”….en somme pour un ensemble de raisons totalement indépendantes d’eux mêmes. Résultat, aucune voie d’amélioration ne semble envisageable, à moins d’en passer par un conflit visant à confronter l’autre à ses manquements.
Heureusement il existe d’autres voies possibles pour faire face à votre insatisfaction. L’une d’elle consiste à vous poser la question suivante : mon conjoint(e) me traite t’il comme moi je me traite? Donc avec la même bienveillance mais également avec les mêmes manquements! Réfléchissez quelques instants à votre façon de prendre soin de vous même: Faites un bilan et regardez la place que vous accordez réellement à la satisfaction de vos propres besoins. Quels sont les moyens concrets que vous mettez en place pour les satisfaire? Remettez-vous régulièrement ce qui est pour vous à plus tard? Vous laissez-vous parasiter par les imprévus ou obligations du quotidien? … Si tel est votre cas , je vous invite à faire l’expérience de prendre soin de vous et de vos besoins, VOUS MÊME !

  • Premièrement, en identifiant le domaine dans lequel vous devez vous apporter plus de soin. Pour ce faire,formulez en une phrase simple l’un des manquements de votre conjoint(e) à votre égard . Par exemple: il ou elle n’est pas attentionné(e) avec moi.
  • Deuxièmement, posez vous la question suivante: Est ce que je m’accorde l’attention que je voudrais que l’autre me donne? En somme, est-ce que je me traite de la manière, dont je voudrais que l’autre me traite? Soyez sincère avec vous même; ou demandez à un(e) ami(e)de vous y aider en lui posant la question à votre sujet . Vous constaterez que bien souvent la réponse est non, ou pas assez, ou encore, que vous estimez que ce n’est pas à vous de le faire mais à l’autre…

Bien des gens cherchent à modifier le comportement des autres à leur égard en voulant agir sur l’autre. Mais c’est une perte de temps. Commencez par être pleinement bienveillant avec vous même : prenez le temps nécessaire pour prendre soin de vous et de vos besoins. Faites-le avec toute la joie, la gentillesse et la générosité, que vous voudriez ressentir et recevoir de la part de l’autre. Faites-le avec cœur et non avec ressentiment… Encore moins dans l’idée de prendre votre revanche sur l’autre!
Si vous voulez qu’il y ait du changement positif dans vos relations interpersonnelles, vos relations conjugales, commencez à poser des actions concrètes avec vous même, et pour vous même! Vous verrez, certaines améliorations viendront bien plus vite que vous ne le croyez ! Notamment parce que l’autre vous percevra avec la véritable valeur que vous vous accordez.

Miroir, mon beau miroir…

SSA-signature-crop


Instant d’émerveillement !

Regardez cette photo attentivement. Je l’ai prise avec mon smartphone. J’avais acheté un bouquet de tulipes, deux jours auparavant. Les fleurs s’étant ouvertes,mon regard s’est naturellement posé à l’intérieur de celle-ci. Soudain, une sensation intense et agréable, s’est emparée de moi: Oui, j’étais en train de vivre, un véritable moment de contemplation. Je nageais dans le bonheur, de l’émerveillement en pleine conscience. Tout simplement.

Avez-vous déjà vécu ce type d’expérience ? Que diriez vous de la renouveler et de la partager ? Ouvrez-vous à la beauté de la réalité qui vous entoure. Faites une photo, de VOTRE instant d’émerveillement. Profitez-en, c’est le printemps!

On dit que le bonheur, est fait de petits instants de pure beauté . Alors, regardez, émerveillez-vous, et partagez!

WOW !

SSA-signature-crop